Relations

Relations

riggiline . Publié dans Enfants / Parents 352

NOUS, PARENTS ET LES EMOTIONS DE NOS ENFANTS

 

Les émotions de l’enfants nous perturbent parce qu’elles nous renvoient à celles que nous avons vécues. Elles ne sont pas dangereuses. Elles sont l’essence même de la vie.

 

En tant que jeunes parents nous cherchons très souvent des repères pour l’éducation de nos enfants. Quelque fois nous allons demander des conseils tout en sachant que ce n’est pas ce que l’on veut. En réalité nous avons besoin d’apprendre à nous faire confiance et à faire confiance à l’enfant. Pour ce faire il ne nous faut pas oublié que si aujourd’hui nous sommes qui nous sommes. C’est parce que nous avons appris et compris nos expériences. Que nos capacités intellectuelle, affective, morale et physique nous l’ont permise. Alors puisque nos enfants sont issus de nous. Pourquoi mettre un doute sur ce qu’ils sont ?

Nos enfants nous disent ce dont ils ont besoin à chaque étape de leur développement. A nous de nous mettre à l’écoute et de décoder leur langage.

Nous avons la possibilité de comprendre l’enfant et d’avoir la bonne attitude. Pour réagir le plus positivement à leur écoute et demande, restons attentif à nos ressentis. Nos réactions vont être souvent en lien avec nos principes éducatifs ou nos blessures, notre insécurité, le regard des autres. Soyons observateur de nos réactions pour ne pas reproduire ce qui nous a tant touché consciemment ou inconsciemment. L’enfant est cette part de nous qui cherche à guérir ou en tout cas à en prendre conscience.

Ne nous identifions pas à lui ni à qui que ce soit. N’essayons même pas de projeter nos croyances éducatives sur lui. Choisissons de le regarder chaque jour comme si c’était la première fois que nous le rencontrions. L’aimer sans lui reprocher ses défauts, ses travers, ses incapacités. L’observer avec tout notre regard d’amour et l’accompagner avec toute notre gratitude. Lui donner cette sécurité qu’il attend par amour et non par obligation ou par crainte de…

Choisir d’être parent c’est que nous avons accepté d’être capable de l’être. Alors cessons d’en douter. Acceptons notre choix en pleine conscience.

Pour écouter l’enfant c’est choisir d’oublier un instant notre histoire. Son âme nous parle. Ecoutons ses émotions et non les faits. Notre intuition et notre instinct vont nous permettre de décoder ses demandes et ses besoins. Ensuite nous serons à même de réagir sans nous laisser influencer par notre vécu.

Se préoccuper d’être une « bonne mère » ou un « bon père », à quoi bon ? Nous le serons toujours à leurs yeux en faisant pour le mieux sans vouloir les enfermer dans un système éducationnel restrictif ou les isoler dans les peurs. Pour ce faire devenons tolérant envers nous-même et surtout exprimons nos émotions et nos besoins sans être théâtrale. L’enfant peut tout comprendre et tout accepter sans culpabilité si nous y mettons les formes. Qui plus est, en lui montrant notre sensibilité il apprend à ne pas cacher qui il est et ce qu’il vit. Donner naissance c’est partager et transmettre le mieux possible le meilleur de soi.

Pour arriver à réussir ce projet d’Amour, je vous propose de commencer par ces quelques questions. D’y répondre par écrit pour ne pas oublier, voir même de développer les réponses et éventuellement les compléter.

 

  1. Qu’avez vous besoin de transmettre à votre enfant ?
  2. Pourquoi ?
  3. Qu’est ce qui motive votre besoin d’être parent ?
  4. Qu’avez vous besoin de vous prouver ?
  5. Quels manques avez vous besoin de combler ?
  6. Qu’elles sont vos qualités ?

 

Etre conscient de qui nous sommes nous aide à mieux réagir dans certaines situations. Ceci peut être un commencement pour jouir du bonheur d’être parent.

Comprendre, reconnaître nos émotions et nos manques vont nous permettre de respecter les émotions de nos enfants et leur donner la possibilité de sentir qui ils sont, et de prendre conscience de eux-mêmes ici et maintenant.

En leur autorisant à se montrer différent de nous, nous les aiderons à se réaliser. L’enfant est une part de nous mais n’est pas nous. Bien que pour grandir il va vouloir s’identifier à nous. Le mimétisme va s’installer et va être son plus grand éducateur. Son regard, son attention auditive envers nous va l’éduquer plus rapidement que les ordres reçus. Nous sommes son référent. Nous pouvons tout dissimuler mais son intuition est vigilante. Rien ne peut être caché. Alors restons naturel devant lui pour lui enseigner la sincérité. Expliquons lui ce qui nous arrive pour lui apprendre à s’exprimer et à ne pas se sentir coupable de notre mal être sans être alarmiste. Les secrets sont toxiques. Parlons de notre vécu heureux et moins gai, pour qu’il sache que la vie craie des expériences contraire et que les résultats sont toujours positifs puis que nous sommes devant lui et fier d’être qui nous sommes. En expriment simplement nos émotions, en mettant des mots sur notre vécu, nous pourrons le libérer de bien des poids. Osons parler de nos ancêtres, ça l’aidera pour plus tard dans la compréhension de ses réactions, attitudes et comportements. Mémoires génétiques qui peuvent nous manipuler à notre insu. Nous pouvons choisir de vivre notre joie vivre et de ne pas nous laisser gagner par nos obligations quotidiennes avec leurs lots de difficultés. Autorisons nous à ressentir l’amour que nous portons à tous ceux qui nous entourent et à nos enfants. Leur montrer cet amour que nous avons pour la vie c’est leur prouver que tout est possible et que les soucis deviennent moins lourds à porter.

Pour l’aider dans son acheminement posons lui des question ouvertes qui commencent par « Qu’est-ce que… », « Comment… », « De quoi… ». Lors d’un événement ceci nous permet de mieux comprendre la situation. Pour cela il nous faut prendre le temps d’en parler pour reformuler complètement l’histoire, bien sur sans interprétation. Juste remettre les émotions et attitudes au bon endroit. Pour lui apprendre à comprendre et à rester dans son corps. Ensuite, toujours par le biais de questions l’aider à trouver des solutions. Ce qui permettra d’asseoir sa confiance en lui.

Mais la communication n’est pas seulement tout ce qui vient d’être cité. Il y a aussi le langage du corps, les caresses, les bisous, les chatouilles, les massages, les courses pour suite où l’on s’attrape… Ces contacts nous rapprochent du « je t’aime », « je t’accepte tel que tu es ». C’est tellement sécurisant et réconfortant. Lorsqu’il est respecté l’enfant construit un sentiment de confiance en son corps et en ses capacités.

Nous pouvons aussi rêver avec lui. L’accompagner dans ses rêves, cela soutient son imagination, son pouvoir créatif et le notre. Parlons de tout c’est les ouvrir à la diversité de la vie. Libérons nous de nos croyances limitatives pour vivre heureux.

N’oublions pas que nos enfants ne nous appartiennent pas. Ce sont des personnes à part entière, qui ont une existence propre, un destin propre. Nous avons une mission, une fonction auprès d’eux mais ils ont leur individualité. Ne nous culpabilisons pas de pas toujours y arriver. Nous sommes aussi en cheminement dans notre vie.

 

RIGGI Line

Thérapeute familiale

 

Please follow and like us:
0

Comments

comments