Le CONTE DU MOIS : “Le petit oiseau gris et le PHÉNIX”

Le CONTE DU MOIS : “Le petit oiseau gris et le PHÉNIX”

riggiline . Publié dans Contes, Littérature 5869

Le petit oiseau gris est le plus petit des oiseaux qui vivent au Tibet. Le plus petit et le moins joli parce qu’il a les plumes du cou tout gris et tout ébouriffées … Et maintenant que vous le connaissez, mon histoire peut commencer :

Il était une fois … un petit oiseau gris. Il avait fait son nid dans une touffe d’herbe. Il y avait pondu trois oeufs.
Et voilà, qu’un jour qu’il était partie chercher à manger, en revenant près de son nid, il a vu la queue du singe filer entre les herbes.
Vite, il a regardé dans son nid : OH, MALHEUR ! Le singe lui avait mangé deux de ses oeufs. Alors le petit oiseau gris a pleuré, puis la colère l’a pris et il a dit :

“Singe, tu es plus fort que moi, mais ça ne fait rien tu vas me payer ça quand même !”

Il a pris sa volée et il est allé trouver sur son arbre, au bord du lac, le PHÉNIX. Le plus beau, le plus grand, le plus noble, bref, le ROI des oiseaux. Et il a dit :

“Phénix, il m’arrive un malheur : le singe a mangé deux de mes trois oeufs. Alors, je demande justice ; il faut que tu le punisses avant qu’il mange le troisième.”

Le PHÉNIX l’a regardé.

“Écoute, je trouve que tu me déranges pour bien peu de choses …”
“Comment ? Deux, de mes oeufs mangés et le troisième en danger et tu trouves que c’est peu de choses ?”
“Je trouve, oui, et je te rapelle que c’est aux parents de protéger leurs petits.”

Alors là, petit oiseau gris a dit :

“Bon, je vais m’arranger pour protéger mon petit, mais je te dis, ROI des oiseaux, qu’une petite chose mal réglée peut avoir de graves conséquences !”

Là-dessus, il est revenu près de son nid, il a ramassé une branche pointue en guise de flèche. Il s’est perchée sur un buisson et il a attendu …
… pas longtemps : il a bientôt vu le singe courir vers son nid. Alors, le petit oiseau gris a brandi sa flèche et l’a lancée vers le singe. La flèche est venue se planter dans la fesse du singe.

Le singe s’est mis à couiner, il a couru partout, il a plongé dans le premier abri qu’il a pu trouver ….. et c’était le nez du tigre qui dormait au bord du lac.

Quand le singe lui est entré dans le nez, le tigre a sursauté et il a plongé dans le lac.
Mais dans le lac, près du bord, il y avait le dragon qui se laissait flotter…
Alors, quand le tigre a plongé, le dragon a donné un grand coup d’ailes et il s’est élevé dans le ciel où il a fait un tour complet.

Oui, mais voilà qu’en faisant un tour complet, avec sa longue queue, il est venu frapper, sur la branche de l’arbre au bord du lac, le nid du PHÉNIX et il a cassé l’oeuf qui s’y trouvait.

Le PHÉNIX est allé vers le dragon.

“Mais, qu’est-ce qui te prends de venir casser mon oeuf, à moi qui ne t’ai rien fait ?”
“Ben, je te demande pardon, a dit le dragon, mais ce n’est pas de ma faute”.
“Pas ta faute ? Tu crois que je ne t’ai pas vu ? Ne sais-tu pas que les phénix ne peuvent avoir qu’un seul oeuf par an ?”
“Écoute, a dit le dragon, je t’explique : je me laissais flotter sur l’eau du lac et voilà qu’un tigre a plongé. J’ai cru qu’il voulait m’attaquer et je me suis sauvé, moi. C’est comme ça que j’ai cassé ton oeuf. Mais, c’est la faute au tigre !”

Le PHÉNIX est allé voir le tigre et lui a répété les paroles du dragon.

“Ben oui, a dit le tigre, mais je t’explique : je dormais au bord du lac et voilà qu’un singe m’est entré dans le nez. J’ai sursauté et j’ai plongé dans l’eau. Mais c’est la faute au singe !”

Le PHÉNIX est allé trouver le singe et lui a répété les paroles du tigre.

“Ben oui, a dit le singe, je t’explique : je trottinais dans l’herbe et voilà que le petit oiseau gris m’a lancé une flèche dans les fesses. Cela m’a fait mal et j’ai plongé dans le premier abri que j’ai pu trouver et c’était le nez du tigre. Mais c’est la faute au petit oiseau gris.”

Le PHÉNIX est allé trouver le petit oiseau gris et lui a répété les paroles du singe. Et le petit oiseau gris lui a répondu :

“Écoute, je trouve que tu me déranges pour bien peu de chose. Tu as perdu ton oeuf, c’est triste… Mais qu’est-ce que tu m’as dit quand je suis venu te demander justice ? C’est aux parents de protéger leurs petits. Eh bien, c’est ce que j’ai fait. J’ai agi selon tes paroles et tu n’as rien à me reprocher.”

Le PHÉNIX a serré le bec, puis tête baissée il est reparti vers son nid.

Ce qui prouve qu’une petite chose mal réglée peut avoir de graves conséquences !

RSS
Follow by Email