CROQUER LA VIE : MANGER CRU OU VIVRE PLEINEMENT ?

CROQUER LA VIE : MANGER CRU OU VIVRE PLEINEMENT ?

riggiline . Publié dans Alimentation / Diététique 3399

Etre Famille, vous présente un témoignage de Vanessa VAIA, conseillère en développement personnel :

Je me rends compte que je n’aime pas dire que je mange cru. Car en fait, je ne mange pas cru. Manger cru en soi n’a pas beaucoup de sens, et ne correspond pas du tout à mon attitude face à la nourriture, ou la vie. Je préfère donc dire que je croque la Vie. Manger cru, manger vivant, manger sain ou croquer la Vie, qu’est-ce que cela signifie ?

Les dégâts de l’alimentation actuel

L’alimentation actuelle, composée principalement de pain, de pâtes, de sucres, de laitages et de viandes est profondément toxique pour l’organisme. Tout d’abord, notre corps n’a pas la capacité de digérer ces produits inadaptés et transformés. Mélangez de l’eau et de la farine, vous obtenez de la colle, cette colle que vous mangez va s’agglutiner à la paroi des intestins et les boucher. Mélangez de l’eau et du sucre, vous obtenez du caramel, une autre substance collante qui va aussi s’agglomérer sur les parois digestives. En outre, le sucre enclenche un processus de fermentation, la fermentation provoque la putréfaction des aliments, avec des gaz et des bactéries, bref rien de très sain. Le lait de vache, quant à lui, se transforme dans le corps en une solution acide qui attaque le calcium de nos os et affaiblit notre squelette…

Une accumulation irritante et nocive

Tous ces soit-disant aliments sont en fait des déchets – un déchet est une matière dont on ne peut rien tirer de profitable, de bénéfique, de nourrissant – qui encrassent et intoxiquent le corps, et qui y restent stockés pour la plus grande partie. Ainsi, ils bouchent et enflamment les intestins ; sous l’effet de cette inflammation permanente, la paroi intestinale devient poreuse et les déchets qui devraient être éliminés parviennent à la traverser et se propagent dans les cellules, dans le sang, dans les moindres recoins de notre organisme et l’empoisonnent un peu plus profondément encore.

Efforts d’élimination du corps

Tous les aliments que le corps ne parvient pas à éliminer au travers du système digestif seront combattus, par le système immunitaire, qui va déclencher des ‘maladies‘, qui sont en fait des tentatives d’élimination des déchets toxiques accumulés dans le corps ; par le système respiratoire – les sinusites, rhumes, asthmes et autres sont une nouvelle tentative du corps d’évacuer ces déchets, principalement les farines ; par la peau, le plus grand émonctoire du corps, qui est saturée, ce qui provoque points noirs, acnés, et autres affections, etc. Ainsi, le corps ne va pas tenter de se libérer uniquement au travers du système digestif, il va aussi recourir à d’autres systèmes, qui malheureusement ne sont pas mieux équipés et se retrouvent aussi encrassés et endommagés.

Effondrement

Le corps se retrouve profondément engorgé, et la majeure partie de son énergie est utilisée pour la digestion (50% de notre énergie au moins y est consacrée), et il utilise l’énergie qu’il lui reste, si nous ne la dilapidons pas, pour se nettoyer. Mais les quantités ingérées sont tellement énormes qu’il ne tient pas le rythme, il s’épuise, s’affaiblit. Alors, nous le bombardons d’excitants – cafés, thés, coca, sucres etc. et nous le contraignons ainsi à puiser dans ses réserves jusqu’au moment où, à bout de force, il s’écroule, en déclenchant des crises éliminatoires, càd des maladies plus intenses pour nous forcer au repos afin qu’il puisse retrouver de l’énergie pour se désencrasser. Malheureusement, nous ne lui laissons aucun répis, et nous ajoutons encore une couche de médicaments qui vont stopper net ses efforts de nettoyage, de ressourcement, et continuer à l’intoxiquer davantage. L’encrassage continue, l’énergie diminue encore et se développent alors des maladies beaucoup plus graves, dites dégénératives, telles que le cancer, alzheimer, le sida… qui ne sont que des tentatives désespérées du corps de résister à l’encrassage que nous lui imposons, et de se nettoyer.

Une nourriture de vie et de santé Variety of Fruits in a Basket

Manger sainement, c’est manger des aliments que le corps reconnait, qu’il peut décomposer, utiliser pour se nourrir, nourrir les organes, les cellules, le cerveau et en rejeter les déchets non utilisables, qui devraient être minimes. C’est favoriser une pleine santé puisque le corps reçoit tout ce dont il a besoin pour fonctionner de manière optimale avec un minimum de déchets, qui sont en outre facilement éliminés. C’est aussi laisser se faire le nettoyage régénérant de l’organisme ; manger apporte de l’énergie, que le corps va pouvoir utiliser pour fonctionner, et notamment se nettoyer afin de retrouver un équilibre intérieur. Car il n’y a pas que la nourriture qui encrasse le corps ; le manque de sommeil, de soleil, notre hygiène de vie chaotique, notre rythme effrené et notre déséquilibre émotionnel sont aussi des sources d’intoxication du corps. Manger des alimentspropres‘, qui ne laisseront pas de déchets encombrants et empoisonnants permet aussi de retrouver une connexion à son corps, de comprendre ses messages, retrouver la perception intuitive de ce qui est bon ou mauvais pour lui, pouvoir doser les quantités nécessaires, sentir lorsqu’il a besoin de repos, … C’est encore récupérer une clarté mentale, être reliés à notre intuition qui va pouvoir nous guider sur le chemin qui est le nôtre. On parle de ‘se réaliser dans la vie‘, c’est parce que nous avons tous un rôle particulier à jouer dans ce monde, et seule la réalisation de ce but propre à chacun apporte un bonheur véritable. Nous pouvons être privés de tout, tant que nous réalisons notre passion, nous éprouverons une joie profonde.

Manger sainement c’est donc garantir le fonctionnement optimal de notre corps, et ainsi pouvoir vivre une vie heureuse, faire tout ce que nous avons à faire. Prenez un cheval, empêchez-le de dormir, donnez lui une nourriture de qualité médiocre, et cravachez-le pour qu’il avance et vous conduise à votre destination. Sous la pression, il galopera un temps, mais il y aura un moment où il va s’écrouler. Donnez-lui alors une drogue pour le remettre sur pied et le pousser un peu plus loin, il avancera les yeux hagards sans beaucoup d’allant et s’effondrera à nouveau un peu plus tard, cette fois pour de bon. C’est la même chose que nous faisons avec notre corps en le gavant de nourriture non adaptée, nocive et non nourrissante, en éteignant tous les signaux d’alarme (malaises et maladies qui visent à éliminer ce qui l’encombre), en l’obligeant à garder en lui tout ce qui lui est nocif et qu’il voudrait évacuer (en stoppant une diarrhée, des vomissements, de la fièvre, etc.), puis en ingurgitant des médicaments pour le ‘remettre sur pieds‘, du café ou des sucres pour ‘tenir le coup‘, des produits chimiques et toxiques pour tenter de le ressusciter lorsque plus rien ne marche… Notre intoxication est si profonde que nous ne réalisons même plus que notre état de santé est avant tout le résultat de nos comportements alimentaires, et une fois confrontés à la crise la plus aigue que notre organisme déclenche (cancer ou toute autre maladie dégénérative) nous nous lamentons devant ‘une fatalité‘, un ‘destin‘ horrible qui, pensons-nous, nous accable.

La santé dans la simplicité

Lorsque le corps est nourri d’aliments vivants, pleins de vie, par contre, il va spontanément éliminer toutes les maladies… Pourquoi les religions préconisent-elles toujours une certaine frugalité ? Pourquoi préconisent-elles un jour de jeûne ? Parce que les religions sont inspirées des traditions les plus anciennes, qui étaient tout à fait conscientes de ce dont le corps a besoin. Les anciens étaient ‘sages‘, ils avaient la connaissance innée, ils nous ont mis en garde contre ‘Satan‘. Ce diable n’est que la tentation de tous les vices qui mènent à la souffrance. La gourmandise n’est-elle pas considérée comme un péché ? ‘Tu respecteras Dieu‘ ; est-ce respecter les lois de la nature que de fabriquer des aliments chimiquement pour nous en nourrir et croire que nous nous en porterons bien ? A l’inverse, le paradis est toujours représenté comme un jardin ou un verger. Cela ne nous indique-t-il pas que le vrai bonheur est de vivre en harmonie avec la nature, de manger les aliments savoureux et nourrissants qu’elle met à notre disposition ? La vie est simple, mais au nom de notre supériorité, nous compliquons tout… et faisons n’importe quoi.

Nourrir son corps et sa vie

Les aliments nous nourrissent, nous alimentent. Ils nourrissent notre corps et nous alimentent en énergie. Comment se traduit cette énergie dans notre corps ? D’abord elle nous maintient éveillés, nous permet de nous tenir debout, de faire tout ce que nous voulons dans la journée. Elle fait fonctionner nos organes et actionne tous les processus physiques, physiologiques et psychiques de notre organisme. Ensuite, elle alimente nos émotions, nos sentiments et nos pensées. Manger sainement, c’est donc manger des aliments riches en énergie. Notre corps est en vie car il a de l’énergie. Lorsqu’il n’y a plus d’énergie pour l’animer, nous sommes morts. C’est pareil pour un aliment ; s’il est vivant, il est rempli d’énergie, qu’il peut nous transmettre. S’il n’a plus d’énergie, donc s’il n’est pas vivant, il ne peut rien nous apporter. Donnez un oeuf cuit dur à couver à une poule, elle attendra longtemps ! Plantez un steack dans votre jardin, vous ne récolterez rien, à part des vers. Plantez une pomme, elle donnera un pommier, qui donnera à son tour des pommes etc. Nous ne nous nourrissons pas juste de la matière de l’aliment, de ses composants. Ce que les aliments nous apportent avant tout, c’est de l’énergie vibratoire. Cette énergie qui fait que certains rayonnent et d’autres ont l’air éteints. Croquez la vie, et c’est la vie qui circulera en vous.

Manger cru ?

Manger cru en soi n’a aucun sens. Nous pouvons manger cru et pourtant encrasser notre corps. Manger bio n’a pas de sens non plus, des pâtes bio restent tout aussi toxiques que des pâtes normales car la base, la farine, n’est pas un aliment que notre corps peut assimiler et elle lui est toxique. Manger des biscuits bio est une abbération, ce sont toujours à la base de la farine, du sucre et du lait, des produits nocifs pour notre organisme. Nous devons arrêter de ne voir que les étiquettes. Tout cela ne sert qu’à nous donner bonne conscience en apparence, rien d’autre ! Manger de la viande crue (jambon, filet américain etc), même bio cela revient à manger du cadavre dépourvu de toute énergie de vie.

Manger sainement, c’est se nourrir d’aliments qui ont puisé l’énergie de la terre nourricière et qui ont baigné à la lumière du soleil qui donne la vie. La vie nait dans la terre, et s’éveille avec l’eau et la chaleur du soleil. La vie ne nait pas dans une fiole de laboratoire. Ensuite, c’est écouter et respecter les besoins du corps. C’est respecter la vie, notre vie et la vie dans le monde. Alors nous rayonnons de santé et de bien-être, alors nous sommes profondément connectés à la vie, reliés au monde dans lequel nous vivons, alors nous pouvons faire des choix qui aussi respectent la vie et favorisent un retour à l’harmonie dans le monde. Choisir une alimentation saine, c’est se poser de réelles questions sur nos choix actuels et leurs conséquences, c’est se donner les moyens de créer une vie sur terre plus harmonieuse.

La vie tend vers l’équilibreZen stones

La vie est subtile, très mystérieuse et surtout magique. Et elle nous donne toutes les clés pour que nous puissions profiter de tout ce qu’elle a à offrir. Le corps fonctionne selon le principe de l’homéostasie, c’est-à-dire qu’il cherche toujours les moyens de retrouver son équilibre. Tout symptôme n’est que la recherche d’une guérison, d’une libération. On ne devrait pas parler de maladie mais de tentative de guérison, et notre rôle est de l’aider, non de l’étouffer. Vivre c’est apporter notre pierre à l’édifice, apporter notre contribution au monde. Ce n’est pas s’enfermer dans un palais de richesses illusoires et s’isoler du reste du monde, avaler une pseudo nourriture toxique pour nous donner l’impression de nous remplir, pour combler le vide de vie énorme en nous.

Aujourd’hui, j’ai faim de la vie, j’ai soif de vivre, et donc je choisis de croquer la vie, par des aliments vivants et sains, par l’écoute de mon corps et de mes émotions, par une connexion au monde, en vivant mes passions de manière à ressentir toute l’intensité de la vie en moi.

* Ceci est mon parcours et en aucun cas je ne cherche à pousser qui que ce soit à suivre ce qui est bon pour moi, qui ne le sera pas nécessairement pour lui.

Articles en relation :
Vanessa VAIA, conseillère en développement personnel
La méditation
Sommeil de rêve
Une intelligence multiple
Le changement
Manger cru : mon parcours
Manger cru : les enfants
Ecouter l’histoire
RSS
Follow by Email