UNE INTELLIGENCE MULTIPLE

UNE INTELLIGENCE MULTIPLE

riggiline . Publié dans Bien être, Philosophie 2357

Etre Famille, vous présente un article de Vanessa VAIA, conseillère en développement personnel :

Le mental aux commandes de notre vie

La nature du mental est de produire des pensées, d’analyser, de catégoriser, de juger. C’est une fonction extrêmement importante dans notre vie. C’est grâce à elleUniversal Mind que nous apprenons, que nous identifions, que nous reconnaissons. La réflexion et l’esprit critique sont des alliés indispensables. Mais comme pour tout, les problèmes surviennent lorsque ce mental occupe toute la place.

D’autres participants, mis en retrait

En effet, nous avons d’autres outils qui nous permettent d’appréhender la réalité qui nous entoure. Nos 5 sens nous fournissent de précieuses informations sur notre entourage. Notre intelligence émotionnelle et intuitive nous donnent aussi une autre perspective sur les choses. Mais peu de personnes parviennent à les écouter car le mental occupe toute la place.

L’égo

Notre mental a créé ce qu’on appelle ‘l’égo’. Tout au long de notre vie, il a examiné, classifié, accepté ou rejeté ce qui s’est dit et produit dans notre vie. Toute cette analyse a progressivement construit notre modèle de pensée, nos croyances dans tous les domaines de la vie, notre mode de jugement, nos valeurs ainsi que nos peurs. C’est ainsi, au travers de nos expériences, que notre personnalité s’est construite. Et cette même personnalité nous sert encore de canevas dans notre vie de tous les jours.

En outre, le mental aime se sentir fort car il aime les certitudes et n’apprécie guère se remettre en question. C’est pourquoi les personnes ‘rationnelles’ qui ont des croyances bien ancrées resteront hermétique à d’autres aspects de la réalité et seront peu enclines à s’ouvrir à d’autres modes de pensée. L’inconnu (c’est à dire ce qui est différent de ce qu’elles tiennent pour absolue vérité) leur fait peur, tandis que le connu (leurs croyances, valeurs et pensées) les rassure.

Notre société occidentale a tendance à valoriser cette prédominance du mental. On nous assène des vérités inébranlables sur comment vivre, à quoi ressembler, que manger etc. Seul ce qui est explicable par la science est considéré comme vrai et digne d’intérêt, nous aimons pouvoir mettre des mots sur tout, et d’une manière nous approprier tout ce que nous voyons. Nous en sommes même arrivés à nous proclamer les propriétaires de planètes ou d’étoiles! Voilà toute la puissance de l’égo et du mental lorsqu’elle est poussée à son maximum.

Le mental dans sa tour d’ivoire

Mais un des grands travers de ce monopole du mental est que lorsque nous jugeons, nous catégorisons et isolons. La pluie est considérée comme mauvaise car elle refroidit, mouille et salit. Pourtant l’eau est indispensable à notre survie, aux cultures, aux animaux et à la végétation. La maladie aussi est perçue comme mauvaise. Or, elle n’est que le signe d’une perturbation, d’un déséquilibre dans notre vie et une tentative de notre corps à nous ramener à l’équilibre. Juger, classifier revient à dire : il y a moi et il y a les autres. Et ce mode de fonctionnement conduit inévitablement à l’isolement, à la compétition, et à la peur.

Sensations, émotions et intuitions pour nous reconnecter

Mais si nous rétablissons l’équilibre entre l’intelligence mentale, émotionnelle, intuitive et sensorielle, que nous les confrontons pour parvenir à une vision plus globale et plus objective des faits, alors nous retrouvons l’unité ainsi que le bien-être. Nous avons ‘toutes les cartes en main’ pour vivre les expériences que nous traversons et prendre des décisions judicieuses. Nous reconnaissons que la pluie, la maladie et tout ce qui est font partie de la vie, que nous sommes tous unis car tous des êtres vivants; la compétition se révèle inutile et futile car chacun a des compétences propres qui se complètent. Il n’y a alors plus peur mais harmonie et bienveillance.

Combien de fois avons nous agit parce que nous pensions que c’était la bonne chose à faire pour nous dire ensuite ‘et pourtant je le savais’, car notre intuition nous proposait une autre option ? Combien de fois avons-nous jugé des personnes, pour nous rendre compte ensuite que nous nous étions simplement rallié à l’opinion d’une autre personne, et que cette opinion n’était en rien fondée ? Le mental aime occuper toute la place car il aime dominer. Le silence, qui ouvre la porte à l’inconnu, l’effraie. Ainsi, il tourne sans cesse, en boucle, souvent sans même que nous nous en apercevions. Comme une musique qui joue en bruit de fond, à laquelle nous nous habituons. Pourtant une fois le silence revenu, nous prenons conscience du soulagement, le calme peut s’installer, alors seulement nous nous rendons compte de la fatigue mentale occasionnée par cette agitation permanente.

Rétablir la clarté mentaleTree with roots

La méditation, par exemple, peut nous réapprendre à écouter et savourer le silence entre deux pensées. Puis à le prolonger. Nos pensées, croyances, valeurs, jugements et peurs ne sont finalement que le disque dur d’un ordinateur. Le disque dur n’est pas l’ordinateur mais il lui fournit un programme. Cependant, nous pouvons changer notre programme. Nous fonctionnons aujourd’hui sur base de vérités que nous avons acceptées ou non dans notre enfance et au fil de notre vie, mais que nous remettons rarement en question. C’est en effet un travail assez désagréable puisque le mental n’aime pas voir ses certitudes ébranlées. Mais si nous ne voulons pas être le jouet de notre mental, de notre égo, de cette programmation qui s’est élaborée sans notre participation réellement consciente, nous devons d’abord en prendre conscience, puis, avec conscience, patience et détermination, modifier les programmes qui ne nous conviennent plus ou qui nous enferment. Méditer, c’est observer nos pensées, nos jugements, nos croyances, prendre conscience que ce ne sont que des pensées, des jugements ou des croyances et nous libérer de leur emprise pour nous ouvrir à d’autres possibilités. La clarté mentale laisse alors la place à d’autres moyens d’appréhender la réalité, par le biais de notre corps et nos sens, de nos émotions ou de notre intuition.

Laisser une place à l’intelligence de nos émotions…

Notre intelligence émotionnelle joue un rôle non négligeable dans une évaluation saine de notre réalité. Nos perceptions sont toujours teintées par nos émotions, que ce soit la peur qui nous évite un danger, la confiance et la détermination qui nous poussent à avancer dans nos projets. Il est aussi prouvé aujourd’hui que l’ambiance émotionnelle d’une personne jouera considérablement dans la survenue d’une maladie ou son rétablissement, comme le démontrent les effets placebo par exemple. Une bonne connaissance de notre palette émotionnelle et leur gestion permet de renforcer notre bien-être, en nous dynamisant, nous motivant ou en freinant nos élans excessifs. Si par exemple, vous avez un projet qui vous tient à coeur, mais que vous n’éprouvez aucune émotion à son égard, il a peu de chance de se réaliser. Tandis que si vous arrivez à l’entourer de suffisamment de confiance, de joie, d’enthousiasme, de volonté, il aura bien plus de chance de se concrétiser. L’intelligence émotionnelle est donc un facteur important de la manière dont nous appréhendons la vie.

Et à notre intuition

L’intelligence intuitive, quant à elle, n’est ni un don réservé à certains ni une capacité extraordinaire, c’est une capacité que nous avons tous, et qui agit comme une boussole intérieure. L’intuition permet d’imaginer des solutions inédites; c’est cette petite voix qui souvent nous chuchotte à l’oreille et parfois s’impose comme une évidence absolue impossible à ignorer. L’intuition peut aussi se manifester par diverses sensations dans le corps. Le fait le plus important à retenir est que l’intuition est généralement la garante de notre bonheur, puisque l’écouter nous permet de faire des choix nous conduisant vers ce qu’il y a de mieux pour nous. L’intuition se révèle à nous lorsque nous avons confiance en nous (et en elle), que nous réduisons la place accordée au rationnel et que nous nous libérons de la négativité.

Sortir des conditionnements du mental

Le mental s’appuie toujours sur des expériences qu’il a rencontrées et a retenues et qu’il cherchera toujours à confirmer, encore une fois pour ne pas aller vers l’inconnu. Les émotions, les 5 sens et l’intuition, par contre, fournissent des informations réelles et en lien direct avec ce qui se joue dans l’instant, nous invitant à inventer des solutions innovantes ou nous conduisant vers ce qui nous convient le mieux.

S’ouvrir à nos émotions et notre intuition, tout en nous basant sur notre rationnalité permet d’ouvrir de nouveaux horizons, de vivre de nouvelles expériences, d’enrichir notre vie et d’accéder à un bonheur plus profond.

En pratique

Comme indiqué plus haut, la méditation permet de calmer le flot du mental, de réapprivoiser le silence entre les pensées, d’installer en conscience des pensées et croyances qui nous aident à mieux vivre, avancer plus sereinement dans la vie.

La sophrologie dynamique permet de se reconnecter à l’intelligence du corps, des émotions, des intuitions pour vivre plus en harmonie. Elle nous met à l’écoute des messages de notre corps. Elle nous reconnecte à nos émotions, nous apprend à nous libérer de la confusion engendrée par des émotions excessives et à cultiver une harmonie émotionnelle. Et alors, l’intuition peut se manifester et se faire entendre.

Articles en relation :
La méditation
Synergies, redevenez le créateur de votre vie
Sommeil de rêve
Cycle de méditation
Cycle de sophrologie dynamique
Le Changement
Manger cru : mon parcours
Croquer la Vie : manger cru ou vivre pleinement ?
Ecouter l’histoire.
RSS
Follow by Email