L’endurance Collective

L’endurance Collective

admin . Publié dans Editos, Philosophie 216

J’étais dans le train pour monter sur les pistes de Villars, une station de ski située dans les Alpes Vaudoise en Suisse. Mes deux enfants de 4 ans et 6 ans sont assis devant moi. Nous étions beaucoup de familles prenant la même direction. Il faisait chaud, beaucoup trop chaud dans ce train. L’adrénaline des préparatifs redescendait après m’être levée à 6h du matin, préparer le pic nique, les habits, le déjeuner, les collations, les sacs de ski, ranger la cuisine et conduire jusqu’à la station à la course de la meilleure place de parking possible. Ouf! Je me disais « Mais qu’est ce que je fais là ? »

Arrivés au lieu de rencontre de l’école de ski, avec 5 minutes d’avances, mes enfants pleurent car ils n’ont plus envie d’aller au cours de ski. Avec calme et plein d’amour pour eux, je leurs redonne confiance et réussi à les convaincre que tout va bien aller! Je les retrouverai 3 heures plus tard.

Cette scène est l’une parmi tant d’autre qui me remet en question sur mes choix. Ces choix sont aussi à la fois fait de choix collectifs. Concrètement, j’amène mes enfants skier car c’est une activité extérieure intéressantes pour leur motricité fine. Mais aussi car le ski fait parti de la culture de notre pays « les petits Suisse doivent savoir skier! ». C’est aussi un choix collectif d’amener ses enfants à l’école 5 jours par semaines. Personnellement je trouve qu’ils y passent beaucoup trop de temps. Mais je m’y conforme car tout le monde s’y conforme. Grace à notre endurance collective, je continue un tas d’actions, car j’observe que tout le monde réussi à continuer.

Quand je vais à l’épicerie, je fais de mon mieux pour choisir local, fair trade et bio. Je voyage principalement en vélo électrique. Je fais un jardin, du composte et je réduis au max mes ordures en faisant mes achats dans un magasin en vrac. Quand j’ai fait mon bilan WWF sur ma consommation de ressources naturelles, je suis à deux planètes. Comment faire mieux? Les choix collectifs que nous faisons nous amènent en tant que résidente Suisse à consommer trop dû entre autre à l’armée, à l’énergie non renouvelable, la construction des réseaux routiers.

Finalement, j’ai quand même la conviction qu’en faisant des choix personnels qui s’accordent à nos valeurs, nous avons une influence sur les choix collectifs. Cela me donne la force de continuer à fond mes démarches « écolo ». Ces démarches sont prisent par des millions de personnes. En plus, elles nous connectent à nos ancêtres et au respect de la terre. Elles enseignent aussi à nos enfants une façon de faire qui à leurs tours pourront influencer les choix collectifs en grandissant!

Puis le ski finalement, je vais aussi continuer. Car on passe du bon temps dehors, on s’éclate, on rigole, on a chaud ,on a froid et la station est à seulement 10 minutes de la maison.

Un bravo à la fois ironique et à la fois sincère à nous tous. Car ensemble, on a une endurance collective spectaculaire.

A travers ce message, il y a un peu de colère mais surtout beaucoup d’admiration pour notre force collective. J’ai beaucoup d’espoir et d’émerveillement devant tant de gens bravant le courant. Nous reconstruisons de plus en plus de fonctionnements harmonieux et en ligne avec des valeurs de respect pour cette planète. Je choisi de souffler plutôt que de souffrir en focus sur le bonheur du présent qui amène du sens au futur.

On vous souhaite une belle journée,. Ouvrez les yeux pour accueillir de nouvelles possibilités en lien avec le destin de notre humanité!

Sandra Vermette

Please follow and like us: